nouvelles


Nouvelles commentées de 2021

Choisir une autre année :

2021 | 2020 | 2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012

 

La chute des prix d’électricité aux États-Unis a pesé sur les résultats financiers d’Hydro-Québec en 2020

La pandémie et le ralentissement économique nuisent grandement à de nombreuses entreprises au Québec, et Hydro-Québec n’y échappe pas. Dans le cadre du dévoilement de ses résultats financiers pour l’année financière 2020, la société d’État a annoncé une diminution de 620 millions $ de son bénéfice net.

Parmi les facteurs ayant contribué à cette baisse, on note la chute de quelque 25 % des prix d’électricité sur les principaux marchés d’exportation d’Hydro-Québec, notamment celui du nord-est du continent. Vous pouvez prendre connaissance du texte d’Hélène Baril paru le 17 février dans La Presse qui couvre le sujet.

Or, cette baisse des prix de vente de l’électricité invoquée par Hydro-Québec rejoint justement le fondement même du mémoire de l’AQCIE déposé auprès de la Régie de l’énergie dans le cadre de la fixation du tarif L pour 2021 présentement en cours. Comme mentionné dasn la précédente nouvelle (voir ci-bas), notre analyse approfondie illustre sans équivoque la tendance à la baisse des prix de vente de l’électricité du secteur industriel pour l’ensemble des États-Unis, la diminution étant d’autant plus prononcée dans les États qui possèdent des usines en concurrence directe avec celles des membres de l’AQCIE.

Alors que la Régie de l’énergie doit rendre sa décision au cours des prochaines semaines, nous réitérons donc l’importance de ne pas augmenter le taux du tarif L afin de maintenir la compétitivité de nos industries québécoises dans un contexte sanitaire et d’affaires empreint d’incertitudes.

séparation

Indexation du tarif L : l’AQCIE démontre qu’une baisse tarifaire en 2021 est requise pour maintenir la compétitivité des industries québécoises

La Régie de l’énergie doit rendre sa décision quant au taux d’indexation du tarif L pour 2021 au cours des prochaines semaines. Rappelons qu’Hydro-Québec a annoncé à l’automne dernier une hausse de 1,3 % des tarifs d’électricité pour l’ensemble de ses clients à compter du 1er avril 2021, à l’exception des grands consommateurs industriels d’électricité. Cette indexation automatique au taux d’inflation fait suite à l’adoption du projet de loi numéro 34 en décembre 2019 par le biais duquel Hydro-Québec n’a pas à obtenir l’autorisation de la Régie de l’énergie pour augmenter ses tarifs jusqu’en 2025.

Grâce aux représentations de l’AQCIE, le taux d’indexation du tarif L demeure toutefois fixé par la Régie de l’énergie sur une base annuelle.

Prix de l’électricité à la baisse dans les juridictions concurrentes

Dans le cadre de son examen devant mener à la fixation du tarif L, la Régie de l’énergie est tenue de prendre en considération le maintien de la compétitivité du prix de l’électricité pour le secteur industriel. En appui à cette démarche, l’AQCIE a déposé une analyse approfondie auprès de la Régie afin d’illustrer notamment la position concurrentielle du tarif L. La tendance à la baisse des prix de vente de l’électricité du secteur industriel pour l’ensemble des États-Unis est sans équivoque, et la diminution est d’autant plus prononcée dans les États qui possèdent des usines en concurrence directe avec celles des membres de l’AQCIE. De plus, la baisse du prix du gaz naturel, qui se maintient à un bas niveau historique depuis plusieurs années, continue d’éroder la compétitivité du tarif L comparativement au coût de l’énergie dans le secteur industriel aux États-Unis.

À la lumière de l’étude soumise par l’AQCIE, une baisse de plus de 5 % du tarif L est donc requise pour ramener le tarif L à un niveau concurrentiel comparativement au tarif moyen de 2019 qui prévalait dans les états américains. À tout le moins, l’AQCIE demande à ce que la Régie maintienne le tarif L au taux actuel pour une année additionnelle. Compte tenu de l’incertitude économique liée à la pandémie qui continue de sévir, il serait mal venu d’ajouter des coûts de production à nos usines québécoises avec une augmentation injustifiée du tarif L. Vous pouvez consulter le mémoire de l’AQCIE déposé devant la Régie de l’énergie en date du 28 janvier 2021 en cliquant ici.

Sans surprise, Hydro-Québec a, pour sa part, proposé d’augmenter le tarif L de 65 % du taux d’inflation mentionné ci-haut, soit une hausse de 0,85 % du tarif L (1,3 % x 0,65%).

Aucun tarif d’électricité ne devrait être augmenté au Québec cette année

Ayant vigoureusement dénoncé à l’automne la hausse de 1,3 % des tarifs d’Hydro-Québec, l’AQCIE continue toujours de contester le calcul de taux d’inflation de la société d’État. Utilisant des indices mensuels d’inflation, Hydro-Québec aurait dû calculer la variation annuelle de l’indice des prix à la consommation qui s’est avérée nulle. En d’autres mots, les tarifs d’électricité ne devraient pas augmenter en 2021 pour aucun des clients d’Hydro-Québec.

Cliquez ici pour lire le texte d’Hélène Baril paru le 16 février dans La Presse + qui discute du sujet.

Favoriser la croissance de l’activité industrielle au Québec

Il est primordial de conserver un tarif L compétitif pour favoriser le maintien et la croissance de l’activité industrielle du Québec. L’investissement de plusieurs millions de dollars de la multinationale française Air Liquide à Bécancour pour accueillir le plus grand électrolyseur au monde utilisant la technologie d’échanges de protons pour produire de l’hydrogène est en un exemple probant. Le coût de production élevé de l’hydrogène étant un obstacle à son développement, l’entreprise réussit à en produire à un prix compétitif, notamment grâce à de l’électricité à bas prix. Or, Hydro-Québec et le gouvernement du Québec ont dû offrir des rabais additionnels pour atteindre ce prix compétitif, car le tarif L ne suffisait pas à lui seul. Cliquez ici pour lire l’article.

De concert avec les entreprises qu’elle représente, l’AQCIE continue d’œuvrer au quotidien à l’instauration de conditions propices à l’essor industriel du Québec et à la création de richesses dont tous les Québécois bénéficient ultimement.

séparation